Le thème

Une réflexion sur l’enseignement des langues en Wallonie est certes l’affaire conjointement du linguiste et du pédagogue, mais c’est aussi, et de façon plus primordiale, une question citoyenne.

La finalité de l’enseignement des langues et la réponse aux enjeux présents dans cet enseignement échappe aux spécialistes de la linguistique et de la didactique. Ces spécialistes d’ailleurs, lorsqu’il sont consultés sur les choix à opérer, sortent inévitablement du domaine de leur spécialisation et étayent souvent leurs raisonnements sur des considérations d’ordre idéologique, politique, familial ou personnel.

En effet, une telle réflexion ne doit pas se situer uniquement sur le terrain de la méthodologie, du «comment» enseigner les langues, mais surtout du «pourquoi» : pourquoi enseigner les langues aux enfants de Wallonie, pourquoi privilégier ou déconseiller l’apprentissage de telle ou telle langue ? Plus fondamentalement encore, c’est une question de sens qui est posée : en encourageant l’enseignement des langues, quel type d’hommes veut-on former et quel type de société veut-on promouvoir ?

C’est la question des enjeux qui, sans pouvoir se passer des points de vue des spécialistes (linguistes, socio-linguistes, pédagogues), échappe pourtant à ceux-ci quant au fond, car elle exige une réflexion citoyenne, surtout à une époque de mondialisation galopante

Le colloque

« Enseigner les langues en Wallonie. Enjeux citoyens et chances pour l'avenir» (Namur, 10 et 11 février 2005).
Téléchargez le programme pdf button